L’écologie en Norvège – Svartlamon

Suite à une excellente suggestion de Marie, il est temps de vous parler concrètement de l’écologie en Norvège. La Norvège est connue pour être en avance sur certains pays concernant l’écologie et la protection de la nature. Je n’ai pas de connaissance particulière dans ce domaine et encore moins d’expertise à vous fournir. Cependant, je peux vous dire comment on ressent certaines différences. 

Le respect global de la Nature 

On ressent une grande différence dans la relation avec la nature qu’ont les Norvégiens. Ils sont très respectueux de la nature. À la moindre occasion, ils sont dehors pour faire du ski ou de la randonnée. Dans un article précédent, je vous parlais des tours en cabine « hyttetur ». Je trouve cela très révélateur du rapport des Norvégiens avec la nature. Partir en roadtrip pour aller dans un endroit isolé sans eau et sans électricité le plus souvent. Voila ce à quoi aspire la plus grande partie de la population. 

De plus, dès les beaux jours, ils sont dehors pour pique-niquer ou autre mais ils jettent systématiquement l’ensemble des déchets à la poubelle. Chacun est responsable de ses déchets et de l’impact de ceux-ci dans la nature. Il est donc commun de passer devant des espaces noir de monde à 17h et complètement vide et exempt de déchets à 22h. C’est une chose que nous apprécions énormément. D’ailleurs même si quelqu’un ne nettoie pas derrière lui, un autre Norvégien le fera. 

La dématérialisation des informations

La Norvège nous poussent à avoir de moins en moins de papier. D’une façon assez simple: en nous faisant payer ! Par exemple recevoir nos factures d’électricité nous coûtent 5€ par mois, idem pour celles de nos abonnement téléphoniques. Vous vous doutez bien que lorsque nous nous en sommes rendus compte, nous avons vite arrêté les frais.

Au niveau des transports, nous nous sommes rendus compte qu’il n’existe pas de plan papier du réseau de transport en commun. Il faut consulter le site internet et les applications. En parlant d’application, cela est moins cher de payer son billet de bus directement sur l’application qu’au chauffeur du bus. Si vous l’achetez dans le bus cela coûtera 50 couronnes et avec l’application cela revient à 30 couronnes. Une économie de deux euros tout de même ! Je pense pas que cela soit directement dû à l’écologie mais cela rentre en ligne de compte à mon sens.  Vous ne verrez donc jamais quelqu’un payer son ticket de bus ou alors vous savez que ce sont des touristes ou des nouveaux venus à Trondheim. 🙂 

L’électricité

La Norvège a un rapport très bizarre avec la gestion de l’électricité. C’est un pays très riche en ressource hydraulique ce qui génère de très grande ressources électrique par extension. La Norvège a donc de l’électricité à ne plus savoir quoi en faire ! Le pays revend une partie de sa production à ses voisins européens mais en l’absence de solution de stockage, il en reste donc encore beaucoup. Ainsi pour un pays qui se veut écolo il ne font pas du tout attention à leur consommation énergétique.

Les bureaux en face de chez nous peuvent rester allumer tout le week-end, de même pour des habitations privatives. Quand ils (les Norvégiens) quittent une pièce ils laissent tout allumé ! Bref, ils n’ont pas du tout le réflexe d’éteindre les lumières. Cela nous a vraiment marqué, nous étions très surpris qu’ils ne fassent pas du tout attention à cet aspect de la vie. Cependant, comme me le soulignais Radwan, il n’existe pas de moyens de stockage pour l’électricité donc étant donné que l’offre est supérieur à la demande ils n’ont donc pas « besoin » d’être vraiment attentif. 

J’ai bien conscience que ces petites choses ne sont pas forcément révélatrices de l’avance de la Norvège dans ce domaine. D’ailleurs finalement je vous présente deux points positifs pour un point plutôt négatif. Cependant, on peut également citer le développement des voitures électriques et l’engagement dans la réduction des gaz à effets de serre, le CO2 en tête, qui prouve entre autre l’investissement de la Norvège dans ce domaine. 

Mais j’ai également un exemple beaucoup plus concret de ce rapport à l’écologie avec le quartier de Svartlamon à Trondheim. 

Le quartier écologie / alternatif de Trondheim : Svartlamon 

Il existe à Trondheim un quartier complètement à vocation écologique, d’entraide et de partage. 

L’histoire et le principe de ce quartier  

Svartlamon est un quartier très bien situé dans la ville, à quelques minutes à pied du centre-ville et de toutes les commodités. Initialement, ce quartier intéressait donc les promoteurs et commerçants afin de développer / construire des logements ou autre. L’objectif étant d’exploiter pleinement la proximité avec le centre et d’en faire des bénéfices.

Le quartier était un peu à « l’abandon » depuis la démolition de certains bâtiments dans les années 1930. Une association a donc été montée afin de promouvoir le quartier. Sans grand effet au début. Mais ensuite, de nombreux acteurs (politique, artistique et intellectuel) ont rejoint l’association de quartier afin de sauvegarder l’âme du quartier. L’objectif de l’association est de conserver cet espace proche de la ville pour des personnes le plus souvent sous estimées comme les artistes par exemple ou avec des revenus faibles.

En 2001, l’association a eu gain de cause auprès de la municipalité et a donc pu obtenir le statut d’espace écologique urbain. La municipalité a ainsi acheté certaines portions de terrains et les a laissées à disposition de l’association pour y développer des projets à vocation écologique. 

La maison commune 

Un des projets phare du quartier est la construction d’une maison commune. Je dirais que c’est même le projet fédérateur du quartier. Le projet a débuté en 2013 et c’est le premier projet « urbain expérimental d’espace écologique » en Norvège. Il existe un projet similaire à Copenhague. 

L’objectif est de construire un logement écologique avec un impact faible sur l’environnement. Ce lieu doit s’inscrire comme un espace de vie dans le quartier. Le logement sera composé de parties communes contenant entre autre la laverie, un espace de réception commun, des lieux de stockage privés et la chaufferie. Accolé à cet espace commun il y aura 5 logements individuels. Ces logements sont construits sur la même base. Chaque logement possède le même nombre de mètres carrés et la même structure globale. 

Différents groupes de travail ont été fait en amont avec les habitants du quartier pour savoir ce qu’ils pensaient de ce projet et s’ils étaient d’accord. L’ensemble de la communauté a donné son accord et le projet a donc été lancé en 2014 avec l’objectif de commencer la construction avant 2016. 

Un appel à « habitants » a été lancé pour les 5 logements et l’association a reçu une vingtaine de dossiers sérieux pour ce projet. Les 5 groupes ont été choisis selon leur motivations, leurs ressources, leurs projets personnels, etc. Les futurs habitants s’engagent tous à être acteur du quartier. Ils y aura donc deux couples, dont un avec un enfant en bas âge et trois personnes seules. Après, chacun des habitants sera à même de repartir comme il souhaite son propre espace personnel.

Le point intéressant du projet, au delà du fait que, clairement la structure est une maison active et donc respectueuse de l’environnement, c’est que c’est à chacun de ses habitants de construire sa maison. De plus la construction doit se faire avec des matériaux recyclés au maximum du possible. 

Si vous êtes vraiment passionnés par le projet, je vous mets une galerie de photos de l’ensemble de la présentation que nous avons eus sur ce sujet. J’ai essayé de vous résumer le plus fidèlement possible dans le paragraphe précédent les grandes lignes de ce projet mais clairement c’est vaste et très technique.  Vous pouvez également consulter le site internet : svartlamon.org

Remida 

À deux pas de la maison commune, se trouve le Remida. Le Remida est un centre pour la réutilisation créative. Alors dis comme cela c’est abstrait comme principe mais en fait non. Le nom vient du Roi Midas qui avait le pouvoir de transformer en or tout ce qu’il touchait. Ainsi le principe de ce lieu est d’offrir un espace aux enfants pour qu’ils exploitent des choses cassées, inutilisées et / ou abimées et qu’ils créent une deuxième vie à ses objets. 

Je trouve le principe tellement génial. Je vous ai mis une petite photothèque du lieu pour que vous puissiez voir à quoi cela ressemble. Les enfants des différentes crèches de Trondheim ont des créneaux horaires pour y aller et bricoler. Les enfants sont encadrés par des personnes qui les sensibilisent sur l’environnement. 

Accolé au Remida, il y a un hangar contentant de multiples box pour abriter les artistes et leur offrir un espace de travail. De temps en temps, ce lieu est ouvert au public afin que les gens puissent découvrir leurs travaux. 

The Ramp 

Je vous ai déjà parler du Ramp dans deux articles précédents. Mais je vais vous détailler un peu plus son histoire. Ceci afin que vous compreniez bien pourquoi le projet du bar / restaurant s’inscrit pleinement dans le quartier. 

Le Ramp a été été lancé par 8 amis et voisins vivant dans le quartier de Svartlamon.  Ils voulaient lancer un restaurant sur un principe de fonctionnement collectif. Leur mise d’apport a été utilisé pour mettre en place le projet et investir dans le bien. Cependant un emprunt était nécessaire. Ce sont donc plus de 50 voisins qui ont été caution du prêt afin de pouvoir emprunter la mise de fond nécessaire. Le restaurant a été ouvert en Août 2003 et maintenant depuis plus de 13 ans c’est devenu un petit incontournable de la ville.

Naturellement, le restaurant s’inscrit dans le respect des aspects environnementaux de la production alimentaire, du transport et de la logistique. Ils essaient également d’utiliser les produits locaux et de limiter leurs déchets. 

 

4 thoughts on “L’écologie en Norvège – Svartlamon”

  1. C’est marant, j’ai un point de vue un peu different, et avec le recul je trouve les francais bien plus ecolo que les norvegiens… apres il est vrai que la legislation norvégienne est en avance sur certains points (reglementation sur le PFC, incitation au developpement electrique et stockage carbone)…
    Pour le reste
    -Je ne trouve pas que les norvégiens soient propre… j’ai déjà vu le centre de Trondheim dégueulasse après un événement avec des déchets partout, et des jeunes norvégiens bourres qui cassaient des bouteilles en verre par terre. J’ai vu des déchargés sauvages comme je n’en voit plus trop en Rhône-alpes… et le nombre de barbecue jetable (oui car les norvégiens utilisent des barbecues jetables) abandonnes le long de la charmante crique de Korsvika qu’on a du ramasser nous même.
    – Les norvegiens usent et abusent du plastique. ils en mettent partout, utilisent un nombre de sac hallucinants et mettent beaucoup de chose y compris les legumes individuellement sous plastique, la ou la tendance en france est de passer aux emballages papiers.
    – L’electricite produite en Norvege est certe quasiment entierement renouvelable, mais la norvege prefere la revendre avec un beau petit label vert pour racheter de l’energie nucleaire/fossile, ect a ses partenaires scandinave. Au final il se trouve que l’energie utilisee en norvege n’est pas tout le temps si verte que ca.
    – Comme mentionne les norvegiens gaspillent a foison l’electricite, en n’eteignant pas les lumieres et le chauffage
    – Le covoiturage est quasiment inexistant en norvege et pour cause, un etude a montree que partager ses trajets et un des effort ecologique les plus difficile a consentir pour les norvegiens. Et beaucoup de voyage se font en avion, mais bon ca c’est plus du a la configuration du pays…
    – La Norvège reste un gros extracteur de pétrole et le bilan carbone de l’exploitation du pétrole n’est pas franchement glorieux.
    – Les norvegiens achetent beaucoup de neuf, mais ne rachetent que peu de choses en seconde main … c’est un peu le standing norvegien avec des cuisines et des salons moderne dans la pluspart des maisons. En revanche du coup il est tres facile de racheter des choses pas mal a bas prix quand ce n’est pas donne.
    Je pourrais donner d’autres exemples et ce n’est que ma vision des choses mais je trouve pas que l’on ai a palir devant la gestion ecologique norvegienne surtout au vu de leur densite de population compare a la notre….
    Apres certaines initiatives gouvernementale sont tres interessante et vont dans le bon sens.
    Apres j’ai appris pas mal de truc notament sur Svartlamon dans votre article

    1. Coucou Sébastien !
      Je viens juste de repasser sur le blog. 🙂 C’est toujours super intéressant de lire l’avis d’autre personne sur la Norvège. Je suis vraiment d’accord avec toi sur l’usage du plastique c’est vrai qu’ils en abusent à fond. Ensuite je suis peu peut être un peu plus modéré que toi sur certains aspects comme le covoiturage (vu les distances ici et la population c’est compliqué ici) et la propreté je trouve vraiment qu’il y a respect de l’environnement tout de même que je retrouve pas toujours en France. Bref après c’est sur qu’on peut toujours faire mieux surtout ici avec la gestion de l’électricité et du pétrole. Mais c’est vraiment super intéressant d’avoir un avis en plus 🙂
      Svartlamon c’est un quartier que j’adore je suis repassé mercredi dernier et franchement la maison commune avance bien et c’est génial de voir ce type de projet dans Trondheim.
      Au plaisir de se recroiser à New Amigos ou ailleurs 🙂

      1. salut, merci pour la réponse, j’ai hésité a polluer votre blog (en plus je n’ai même pas pris le temps de corriger les fautes). Et tu as raison c’est pas mal une question de point de vue, ma réponse n’est pas totalement neutre, mais c’est un sujet qui m’intrigue depuis le début, on m’avait dit tellement de bien de l’écologie a la norvégienne…. En tous cas continuez vos articles intéressants, j’aime bien jeter un coup d’oeuil sur votre blog de temps a autre pour voir le pays avec un regard un peu différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *