Etre pharmacien en Norvège

Certains d’entre vous sont peut-être déjà au courant mais j’ai commencé comme pharmacien (en formation : sous supervision) en Norvège depuis quelques semaines. Une expérience assez enrichissante mais parfois un peu déroutante et également très difficile étant donné que tout cela se fait en Norvégien.

J’ai eu du mal à organiser cet article car il y a beaucoup de points que je voulais aborder. Cela est donc peut être un peu décousu mais j’espère que vous trouverez cela intéressant.

Comment fonctionnent les officines en Norvège ?

Le système général est très différent du système Français. Il n’existe pas d’officines indépendantes mais trois grandes chaines nationales d’officine : VitusApotek (là où je travaille), Apotek 1 et Boots Apotek. Un pharmacien ne sera donc jamais indépendant mais toujours employé à une de ces trois grandes chaines nationales.

Autre grande différence, la délivrance des médicaments se fait uniquement par un pharmacien. Cela signifie qu’un préparateur en pharmacie ne touche jamais aux médicaments. Quand je dis jamais je n’exagère pas : les préparateurs rangent la commande de produits de parapharmacie et les pharmaciens la commande de médicaments. Ainsi, il y a beaucoup, mais vraiment beaucoup, de pharmacien dans l’officine. Dans la mienne, nous sommes 6 !

Au niveau du quotidien, les journées, ici, sont sensiblement organisées de la même façon que dans une officine française. Le corps du métier reste le même : accueil des patients et délivrance des médicaments. En plus de cela on retrouve les mêmes taches : réception des commandes, réassort des produits et conseil pour les médicaments hors ordonnance.

Quelles formations et quels débouchés pour être Pharmacien ?

En Norvège, il existe deux formations différentes pour devenir Pharmacien. Une formation courte de trois ans et une formation longue de cinq ans. La formation en 5 ans est uniquement dispensée à Oslo. La grande différence entre les deux (en plus du salaire naturellement) est lié aux possibilités d’évolution. Ainsi, un pharmacien ayant un master pourra devenir titulaire de « son » officine, enfin comme expliqué précédemment, il sera plutôt chef de son officine. Il ne pourra pas posséder les murs et ne touchera pas les bénéfices de sa pharmacie.

Après dans le corps du métier, cela ne change rien au quotidien. Les deux diplômes effectuent exactement les mêmes tâches. Cependant, le pharmacien titulaire d’un master possède un peu plus de connaissances. C’est donc le référant de la pharmacie en terme de connaissances pharmaceutiques.

En terme de débouchés, il y a beaucoup de postes disponibles étant donné qu’il faut en moyenne entre 5 à 6 pharmaciens par officine. Les recruteurs sont également très intéressés pour avoir des pharmaciens étrangers. Pour une raison assez simple: à l’étranger, les études se font en 5 ans généralement et donc ainsi ils peuvent avoir des potentiels gérants de pharmacien en complément aussi d’un manque de pharmacien global.

Comment cela fonctionne pour moi, Pharmacien UE ?

Je suis considéré comme Pharmacien ayant un master soit 5 ans d’études ici. Je perds donc la notion de doctorat que nous avons en France. Dans le fond cela ne change pas grand chose vous pourriez me dire mais en fait si. La rémunération en Norvége est basée sur le nombre d’années d’études que vous avez effectué. Ainsi en n’étant pas sur le même niveau de formation (3 ans de différence dans les diplômes – 1 an dans les faits) un Pharmacien formé en France pour exercer en Norvége va perdre en terme de salaire.

Pour obtenir mon équivalence, je n’ai pas eu à me plaindre car niveau papier cela ne demande pas grand chose. Il faut fournir une photocopie de son diplôme avec une traduction en Anglais ou en Norvégien ainsi qu’une preuve d’exercice en France. Pour la preuve d’exercice, j’ai demandé une attestation à l’ordre des pharmaciens pour prouver que j’avais bien eu ma thèse, que j’avais bien été inscrite à l’ordre des pharmaciens et je l’ai faite traduire ensuite.

Il faut par contre être plutôt vigilant sur le délai d’obtention car cela prend entre 3 et 4 mois. Il faut pas hésiter à les relancer car les norvégiens ne sont pas rapides. Vous trouverez toutes les informations sur le site internet Helsedirektoratet. L’équivalence coute environ 170€.

Ce que je trouve génial

Ordonnance informatique

Ce qui est magnifique (ou pas) dans ce pays, c’est que tout est informatisé. Du coup, les ordonnances sont transmises éléctroniquement entre le médecin et le pharmacien. Tout fonctionne avec le numéro national d’identité. Lorsqu’un patient arrive à la pharmacie, il donne juste son numéro. Après, via le logiciel, nous avons accès à l’ensemble de ces prescriptions. Quand je dis l’ensemble, nous avons une vue sur tout l’historique du patient, que le patient soit allé ou non prendre ses médicaments dans une autre pharmacie.

Très clairement, je trouve que cela simplifie grandement la tâche. En plus, chacun peut accèder à son propre historique sur le site national de la santé. Ainsi Radwan et moi même pouvons à tout moment avoir une vue sur nos dernières prescriptions et délivrances.

Un logiciel national

Enfin, voilà une révolution. Toutes les pharmacies travaillent sur le même logiciel. Donc on économise de l’énergie lorsque l’on change de société. Je suis donc très fière de vous annoncer que je maitrise le logiciel FarmaPro. Oh Yeah !

On recycle !

Et oui, nous faisons le tri à la pharmacie 🙂 Et quand je dis le tri, on fait le tri à fond. Nous en sommes même rendus à faire le tri entre plastique dur et plastique souple. J’aime bien cet aspect, surtout que cela prend peu de temps finalement.

La gestion des stocks

C’est le gros avantage d’être une enseigne national. Un seul grossiste pour toute la Norvège avec un seul interlocuteur, que ce soit pour les médicaments et la parapharmacie. Nous n’avons donc quasiment pas de stock. Dès qu’un produit se vend, il est automatiquement recommandé. Le siège à Oslo s’occupe de la partie négociation avec les firmes pharmaceutiques et parapharmaceutiques. Je pense donc que les marges sont plus intéressantes en plus d’une gestion simplifiée pour tous. Naturellement, le rangement de la commande peut prendre plus de temps mais globalement, les rayons sont tout le temps plein. Et surtout, on exploite chaque mètre carré du local. Ainsi, pas besoin d’avoir des pièces de rangement supplémentaires.

Ce qui m’a choqué, surprise et déçue !

La contraception

Clairement, les Norvégiens ont un gros problème de santé publique concernant la contraception. Je n’ai jamais vu autant de pilules du lendemain et de traitement contre les MST vendus dans une pharmacie. En moyenne par jour, on peut vendre en 10 à 15 pilules du lendemain. Je sais que je ne travaille pas dans une pharmacie de quartier mais tout de même, là, je trouve cela délirant. Et encore, c’est sans compter les tests de grossesse et les infections liées aux MST. C’est bien simple : en traitement contre des infections sexuellement transmissibles, on reçoit entre 5 à 10 patientes par jour (pour des conseils hors ordonnance). En incluant les prescrirons médicales, on doit être à environ 20 patientes par jour.

Cela fait longtemps que je n’ai pas exercé en officine en France mais je ne pense pas que l’on retrouve ces proportions-là. Enfin, du moins je l’espère. Je pense que la source du problème peut se trouver dans la non-prise en charge de la contraception. Certains types de pilules sont pris en charge pour les jeunes filles entre 16 et 20 ans ceci dit. Dans un article précédent, j’avais évoqué le fait qu’il existe un palier de (250€) avant une prise en charge totale des frais de santé. Les jeunes doivent donc payer les contraceptifs eux-mêmes, peut être que le coût les décourage quelques fois. Je ne sais pas. C’est une hypothèse. En tout cas clairement il y a un problème. 

Moins de spécialités – Pas d’homéopathie ni de physiothérapie !

J’ai le sentiment qu’il y a beaucoup moins de spécialités pharmaceutiques et de produits en parapharmacie qu’en France. De plus, nous ne conseillons ni en homéopathie ni en physiothérapie. Je suis assez branchée médecine alternative personnellement et je trouve vraiment dommage de ne pas avoir ces gammes en Norvège. J’ai demandé à ma supérieur pourquoi nous ne fournissions pas ces produits. Elle ne sait pas elle non plus. Ceci dit personnellement, cela me facilite la tache une chose de moins à ré-apprendre.

Un détail pour ceux qui sont dans la production, les labos ne prennent pas la peine de produire des packagings spéciaux pour la para. Les produits sont par exemple en français pour la Roche Posay ou Avène avec un sticker en Norvégien. Souvent le sticker englobe même le danois et le suédois. Je trouvais cela intéressant à vous partager. Personnellement, cela me sauve la vie quand je dois conseiller un produit de parapharmacie. J’ai le temps de lire le packaging en Français et de le traduire en Norvégien sans que les gens ne sen rendent compte que je ne suis pas calée… Attention, ce n’est pas de la triche,  je profite uniquement de mes connaissances linguistiques !

Le paracétamol en vente libre

Je sais que le paracétamol est déjà en vente libre en France. Cependant, certaines pharmacies font en sorte qu’il ne soit pas forcément accessible. En France, on va essayer de vous conseiller si vous souhaitez prendre du paracétamol.

Ici on vend donc du paracétamol comme du petit pain. Franchement, je trouve cela délirant. Les Norvégiens l’utilisent presque comme un bonbon. Je n’ai pas le sentiment d’exagérer en disant cela. Un peu de stress ? Bim Paracétamol ! Un peu de fatigue ? Bim Paracétamol. Honnêtement c’est assez surprenant. D’ailleurs quand il demande du paracétamol ils disent « le paracétamol habituel » comme pour le café « vanlig caffe = café noir habituel ». Après je ne sais pas si cela est un problème de santé publique ou si j’extrapole. 

La grande surface et le manque de lien

Nous ne sommes pas une pharmacie, enfin pas comme je l’entends. Nous n’avons pas d’habitués, nous n’avons pas de patients que nous appelons par leur nom de famille. Je trouve que nous ne créons pas de lien avec les gens. Peut-être que je me trompe ou que je ne travaille pas depuis assez de temps mais c’est le sentiment que j’ai. Ceci dit nous sommes également une des plus grosses pharmacies de Trondheim du coup je pense aussi que le fait d’être dans un centre commercial réduit un peu le lien avec les patients. 

Comment je m’en sors ?

C’est difficile pour moi de prendre un peu de recul sur mon apport dans la pharmacie. Personnellement, je me trouve complètement à la masse !

Il s’agit quand même de réapprendre un métier dans mon cas en plus de l’usage d’une langue étrangère. Initialement, en début de quatrième année, j’ai basculé dans la filière industrie donc mon enseignement a été axé dans ce domaine. Je ne suis donc pas très à l’aise niveau dispensation et conseil. Déjà, je pense que je peux être contente d’avoir bossé un peu comme étudiante en officine car le si peu que j’ai fait dans ce domaine m’aide beaucoup.

Je travaille donc 35h par semaine à la pharmacie avec un samedi sur trois. Le reste du temps, je dors et oui je suis complètement exténuée après 6H30 à la pharmacie. J’ai le cerveau explosé ^^ Et quand je ne dors pas, j’essaie de me motiver à réviser mes cours ou alors des cours en Norvégien que l’on m’a fourni gracieusement. Jusqu’à maintenant la motivation n’est pas trop au rendez vous espérons que cela change dans les prochaines semaines. 

J’ai un contrat de trois mois, c’est une formation payée pour me remettre à jour en tant de pharmacien. Je ferais donc le point d’ici trois mois pour savoir si ce travail me plaît et si ma supérieur me pense capable de travailler comme pharmacien en Norvège. Affaire à suivre ! 🙂

Pour la petite anecdote, je suis la deuxième pharmacienne française dans ce pays. (si si !!) Une autre française exerce sur Oslo, où elle est gérante d’une officine. Ma chef est polonaise et gérante d’une officine également du coup je pense que le challenge du Norvégien est largement à portée ! Après de mon côté, avec la remise à niveau en connaissance pharmaceutique je crains que cela fasse beaucoup. Mais qui vivra verra 🙂

Si vous avez pour projet d’exercer comme Pharmacien en Norvège, sachez que cela est possible et en plus le pays en cherche ! Je vous conseillerais dans un premier temps de faire votre équivalence et dans un second temps de vous mettre au Norvégien !

Lykke til !

23 thoughts on “Etre pharmacien en Norvège”

  1. super intéressant meme pour un non pharmacien.
    moi je trouve paracetamole en vente libre etre 1 bonne chose.
    hallucinant qu ils ke se protegent pas autant ?
    ils n ont pas eu de grande vague de mst comme le sida?
    en rait se sont de gros ni….eur 😅😉

    1. Oui j’ai du mal à comprendre ce manque de contraception j’en ai parlé avec mes collègues mais personne ne sait trop me répondre. Franchement c’est surprenant mais après c’est peut être un manque de communication avec les parents je sais pas…

  2. Super article, pour le coup j’ai appris beaucoup… Juste un truc, je ne m’y connais pas, meme pas en paracetamol, mais c’est bien le truc qui est vendu a n’importe caisse de grande surface, meme pas besoin d’aller en pharmacie ?!

    1. Oui c’est bien ce même médicament ceci dit en France on ne peut pas le trouver en grande surface normalement. Merci pour le commentaire c’est gentil.

  3. Merci pour toutes ces infos. . C’est un projet pour moi et de savoir que c’est faisable permet de rêver. Maintenant ça fait 3 mois pour toi. Quel est ton ressenti? Marie

    1. C’est faisable très clairement il y a beaucoup de pharmaciens étrangers en Norvège 🙂 Après personnellement l’officine ce n’est pas mon coeur de métier je suis vraiment spécialisé dans l’industrie. Disons que du coup pour faire court cela fait beaucoup pour moi de gérer l’apprentissage de la langue et également la remise à niveau pharmaceutique. Je pense que si déjà ton coeur de métier c’est l’officine alors ça ira large tu devras te dépatouiller avec la langue mais cela ira. Je ne sais pas si ma réponse est claire mais en tout cas à ta dispo en cas de question supplémentaire.

  4. très intéressant et détaillé!! Je suis étudiante en pharmacie en France et j’essaie de me renseigner pour voir comment on exerce la pharmacie des autres pays d’Europe. Travailler à l’étranger me plairait bien! Du coup merci bcp pour le partage de ton experience norvégienne (surout que je ne pensais pas qu’il y avait si peu de pharmaciens français en Novège (2!! 0_0)…)

  5. Bonjour!
    Super article de la pharmacie en Norvège!
    Je suis étudiante en pharmacie en dernière année au Canada. Je trouve votre vision très intéressante de la pharmacie en Norvège vs France.
    Je suis très curieuse de voir plus en détails les différences en Europe (France, Norvège) vs Canada dans le domaine.

    Est-ce possible d’en discuter plus longuement avec vous par email?
    Merci!!

    1. Bonjour,

      Désolée pour le temps de réponse avec les fêtes de fin d’année je n’ai pas pris le temps de vous répondre.

      J’espère que je pourrais vous aider je vous envoie un mail sur votre adresse gmail qui est disponible avec votre commentaire.

      Bonne année 2018
      Carole

  6. Bonsoir, votre article est intéressant mais j’ai quelque questions assez spécifiques et délicates et je cherche désespérément les bonnes réponses. Est ce que vous pouvez me contacter par mail ? Si possible vous trouverez mon mail ci dessus. Merci d’avance.

    1. Bonjour,
      Je vous envoie un mail de suite et j’espère que je pourrais vous aider.
      Bonne année 2018
      Carole

  7. Merci , pour ces informations .
    Je suis étudiante en pharmacie en Algérie , et j’aimerais bien savoir si c’est possible pour les pharmaciens d Algérie d’exercer en Norvège. Et quelles sont les démarches suivies ?
    Cordialement votre.

    1. Bonjour,
      Je ne sais pas si cela est possible je vous invite à consulter le lien présent dans l’article et/ou à contacter directement l’association de santé Norvégienne.
      Bien cordialement
      Carole

  8. Bonjour,
    Pharmacien d’officine je suis très intéressée par votre expérience,
    Pourriez-vous m’en dire plus sur la fameuse équivalence à demander en premier ?
    Merci d’avance, 🙂
    Pauline

  9. Coucou,
    J’aurai quelques petites questions à te poser, je suis pharmacien d’officine en France et j’envisage un déménagement en Norvège,
    Je vous laisse mon mail si vous voulez bien me contacter 🙂 Merci !!!
    Pauline

  10. Hei Carole ! Tout d’abord j’adore votre blog.. c’est à la fois très informatif et divertissant. Je suis revenu complètement enchanté de la Norvège après un petit voyage au mois d’août. Étant étudiant en pharmacie, j’espère vraiment y faire mon dernier stage de cinquième année là-bas.
    Du coupe je viens vers toi pour des infos (aha tu es un peu la référence j’ai l’impression), je ne sais pas trop comment m’y prendre pour trouver un maître de stage. Si jamais t’as le temps de me mettre un petit mail, j’en serais très reconnaissant.

    1. Bonjour Romain,
      Contente de voir que tu as aimé ton séjour en Norvège, c’est difficile de ne pas tomber amoureux de ce pays.
      Je suis pas sure de pouvoir t’aider pour t’aiguiller pour un stage de 5ieme année, tu voudrais partir dans quelle cadre ? Industrie ou officine ?
      En industrie cela sera peut-être plus facile sur la région d’Oslo par contre.
      Désolée pour le temps de réponse je n’ai pas du tout pris le temps de consulter le blog récemment.
      Bonne soirée
      Carole

      1. Re ! Merci beaucoup pour ta réponse, je viens juste de la trouver. On est d’accord, je rêve d’y retourner et d’y passer plus de temps 🙂 Alors moi ça serait pour un stage de 3 mois dans un service hospitalier/institution de santé (je suis actuellement en 4A officine). En 5A (pour l’année hospitalo-universitaire) on a la possibilité d’effectuer notre dernier stage hospitalier en mobilité à l’étranger. Par contre pour l’instant il n’y a aucune convention d’ouverte en Norvège avec mon université, il faut donc que je la crée (à moi de trouver un maître de stage).
        Je me demande si tu aurais des contacts (à travers ton expérience à l’officine ou dans tes connaissances), ou une idée de comment m’y prendre pour trouver un maître de stage. N’hésite pas à me mettre un mail pour plus de précisions. Et je ne suis pas pressé 😉 Je m’y prends longtemps à l’avance.

  11. Bonjour !
    Je suis étudiant en Pharmacie et je souhaite partir en Norvège. Pouvons-nous échanger par mails? J’aurais besoins de quelques conseils !
    Merci

    1. Bonjour,
      Pouvez vous m’en dire plus sur votre projet avant un échange par mail s’il vous plait ?
      Bonne journée
      Carole

      1. Bonjour,
        Je suis étudiant en 6A de Pharmacie officine en France, je souhaite entreprendre par la suite un master à Bergen. (En nutrition)
        J’aimerais continuer à travailler en officine là-bas. (Pour ne pas perdre la main et par passion pour ce métier)
        J’aurais des questions sur l’équivalence etc.
        Merci pour votre réponse.
        Cordialement,
        Youssef

  12. Bonjour,
    Je suis très intéressé par votre expérience .. mais j’ai un question svp .. je suis d’origine tunisienne et j’habite à Tunis est ce que peut faire mes études de pharmacie en Norvège ou pas ?? merci d’avance .

  13. Super expérience !
    Moi je suis pharmacien assistant des hôpitaux je cherche des expériences pour être pharmacien hospitalier en Norvège mais ne trouve pas grand chose. Est-ce que tu sais comment ça se passe dans les établissements de santé en Norvège ? Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *